José Luis Martí, Un droit exotique. Manifestation et sédition dans la décision contre les indépendantistes

L’interprétation extensive, par le Tribunal Supremo (Cour Surpême), de l’article 544 du Code pénal espagnol, met à mal nos droits démocratiques et, en ce sens, ladite interprétation est injuste et dangereuse

La décision contre les indépendantistes vient d’être publiée. Elle est arrivée à l’heure du petit-déjeuner, un lundi matin, comme annoncé. Quatre cent quatre-vingt-treize pages pour une décision adoptée à l’unanimité, sans opinion dissidente, beaucoup plus courte que ce qui était espéré et souhaitable, avec des peines dures de 13, 12, 11, 10 et 9 ans pour la plupart des prévenus. La nouvelle de la publication de la décision a été immédiatement suivie d’une réaction de protestation du mouvement Tsunami Democràtic, avec des mobilisations massives dans toute la Catalogne, comme annoncé, ce qui a également entraîné de graves confrontations – différentes charges policières avec plus de 50 blessés – aussi bien à l’aéroport d’El Prat que sur la Vía Layetana – ce qui n’était sans doute pas prévu. Il est de notre responsabilité, en tant que personnes qui nous exprimons publiquement, de demander à tout le monde de garder son calme, aussi bien aux manifestants qu’aux responsables des dispositifs policiers. Que ceux qui souhaitent exercer librement leur droit de manifester – qui n’est en aucun cas un « droit exotique » comme le soutient la Cour suprême – le fassent toujours de manière pacifique, fidèles à la tradition du mouvement indépendantiste de l’action démocratique non-violente.


Menu

Utilitzem cookies per garantir que us donem la millor experiència al nostre lloc web. Si continueu utilitzant aquest lloc, assumirem que us plau. Política de cookiesplugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies